19/03/2011

Feureu 2011

De retour après une longue absence hivernale, j’ai raté le Feureu que j’attendais pourtant avec impatience.  Un mauvais concours de circonstances avec seulement deux photos prises de la rue Haute après le Rondeau du dimanche matin.

IMG_4097.jpg

IMG_4105.jpg

10:49 Écrit par Chris dans Feureu, Rues | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : rue haute, feureu |  Facebook |

29/01/2011

Soumonce en batterie

17 heures, nos Gilles sont plus nombreux dans la rue Haute.

IMG_3849.jpg

 

No Djîle

Un très beau texte de Marcel Meulemans (1898-1984) de Haine-Saint-Pierre en souhaitant un excellent Feureu à nos amis de Haine-St-Pierre, Morlanwelz, Anderlues, Nivelles ...

gille, carnaval, feureu,panier de gille

 

Dèvins l’ pètit djoû qui bokète,
m’arîve in soûrt roûl’mint d’ tamboûr.
In-arlicotâdje dè sounètes
va v’ni cakyî m’ n-orèye a s’ toûr.

C’èst qu’ôdjordû nos stons l’ dîmince
dè no pus bèle fièsse: « Èl Feûreû »
què dju ratind sans nu pacyince…
in djoû qui fét byin dès-eûreûs !

Way ! Dju sè bîn qu’ i gn-a qu’ in Binche,
qu’ pou Sint-Usmé, nos stons dès p’tits
mès quand i sint què l’ Feûreû l’ pinche,
Sint Piére fét s’ pas t’t-ôssi bîn qu’ li.

Way ! Il-a Binche èt co L’ Louviére,
èl Cras Mardi, èl Létâré.
Mès ô Feûreû,  il-a Sint Piére
èt tout Pièrot s’ dwat d’ s’èrdârér…

Mès v’la què l' rantanplan s’ raproche ;
in preùmîn djîle vûde dè s’ méson.
Dj’ intind s’ n-apèrtintaye qu’ arloche
pou rinvèyî tout no coron.

C’è-st-in rambuskâdje qui r’doubèle.
Qui c’èst co qui dmor’roût couchî ?
Dju mèt m’ marone sans sès bèrtèles,
d’ m’inkeûr sans côchètes a mès pîds.

Èt dju m’èstampe pa d’ri m’ fèrnièsse
pou n’ nîn manquî dè l’ vîr passér…
Mès il-èst d’dja la qu’i s’èrdrèsse ;
dju sin m’ keûr bate a tout skètér.

Vrémint ! Come il-a bèle alùre,
pimpè dins s’ costume gayolè !
Chaque coûp d’ maquète fét kér’ a m’sùre
ès’ talon qui r’bôme su l’ pavè.

C’è-st-in bouquèt d’ feû d’artifice
qui bruchôde dèl jwa, dou boneûr !
I tint’roût l’ pinçô d’in-artisse
in v’nant sparde sès tinrès couleûrs.

Èt d’seûr tout, c’èst l’ blanc qui domine
dè s’ tièsse djusqu’ô r’non d’ sès chabots
prèsquè toutes blankes, ès’ pèlèrine,
lès manchètes, lès guètes dè s’ balot !

C’èst blanke, bîn seûr, qu’èle-èst s’ barète
adjustéye d’sous in blanc bridon.
Raguidèz l’ lè d’ pus près ’ne miyète,
c’èst co blancs qu’is sont sès côchons.

I lyi manque co pou fé s’ twalète
çu qui f’ra l’ fyon: ès' wôt capia.
Pa précôcion, on l’ l-a stè mète
ô tchôd pou r’frîsér lès plumas.

Ès’ porteû lyi port’ra t’t-aleûre
su l’ place dou Fond pou fé l’ rondô.
I n’ d-âra qu’ pour li pou l’èskeûre…
Lès djins d-âront leûs-îs t’t-avô…

Dju n’in fini nîn… Din v’la ’ne tone !
Ascoutèz l’ lè martèlér s’ pas.
Intindèz s’ chabot qui résone
su l’ pavè come dès coûps d’ martia ?

Tout dalant quér sès coumarâdes,
no djîle n’arèt’ra nîn d’ dansér.
Dins chaque méson, pou toute ôbâde,
èl brût dou tamboûr va r’doublér…

C’èst su l’ coûp d’ nèf eûres què lès bindes
s’ront rassimbléyes dins chaque local…
Avû yeûs' nos dalons dèskinde
fièstér nos Rwas dou Carnèval.